Cellulose Valley veut créer de nouveaux emballages en cellulose

PUBLISHING DATE
READ THIS ARTICLE

Lancée au début de l’année avec plusieurs industriels, une nouvelle chaire d’enseignement et de recherche vise à concevoir de nouveaux matériaux performants pour l’industrie de l’emballage.

En début d’année, la Fondation Grenoble INP a lancé, en partenariat avec cinq industriels, une nouvelle chaire d’enseignement et de recherche baptisée Cellulose Valley. Son objectif ? Concevoir de nouveaux matériaux recyclables, biodégradables, sourcés et performants à base de cellulose pour l’industrie de l’emballage, tout en accélérant le développement d’alternatives aux plastiques à usage unique, d’origine fossile. Depuis un an, et encore plus depuis l’entrée en vigueur de la loi Agec visant à réduire l’utilisation du plastique, une tendance se dégage et c’est là-dessus que Cellulose Valley (le nom est un clin d’œil à l’écosystème historique de la cité iséroise lié à la cellulose et au papier) entend axer son action : remplacer le plastique par du papier-carton.

«L’objectif est de développer de nouveaux emballages à partir de la cellulose, dont certains pourront représenter des alternatives aux plastiques. Nous avons déjà le projet de financer deux thèses, un post‐doctorat et une vingtaine de stages de master», pose Julien Bras, titulaire de la Chaire Cellulose Valley, enseignant à Grenoble INP ‐ Pagora et chercheur au Laboratoire Génie des Procédés Papetiers (LGP2). Julien Bras sait de quoi il parle. Diplômé de l’ENSIACET, école d’ingénieurs chimistes de Toulouse INP, il a écrit une thèse en collaboration avec Ahlstrom. Le thème de celle-ci ? Le développement de nouveaux emballages bio-sourcés à partir de papier sulfurisé et dérivés cellulosiques. Puis, outre ses recherches, il a compilé les prix et les distinctions.

La Chaire est hébergée par Grenoble INP ‐ Pagora, UGA, école internationale du papier, de la communication imprimée et des bio-matériaux, et le LGP2. D’une durée initiale de 4 ans, elle bénéficie du soutien de DS Smith Packaging France (fabricant de solutions d’emballages durables), Ahlstrom Munksjö (non tissés et papiers de spécialités), Alphaform du groupe Guillin (cellulose moulée), et de Citeo (entreprise à mission qui œuvre pour la réduction de l’impact environnemental des emballages et des papiers).

Concernant le volet recherche, la Chaire focalisera son activité sur l’obtention de nouveaux matériaux à base de cellulose, donc bio-sourcés Ils auront pour objectif d’être recyclables et biodégradables. Ces nouveaux matériaux permettront d’apporter des propriétés mécaniques et barrières nécessaires dans le domaine des emballages. Cellulose Valley contribuera ainsi à la transition environnementale en apportant une solution aux entreprises qui recherchent des solutions plus durables dans l’emballage.

La Chaire apporte sa contribution en matière de transition environnementale des emballages ; elle permettra aussi d’accroître et de consolider le niveau d’excellence des entreprises partenaires et de Grenoble INP – UGA en organisant une activité structurante de réflexion et de recherche de dimension internationale autour de ce thème.

Autre engagement pris par la Chaire d’excellence industrielle, la formation, en développant des ressources pédagogiques et académiques pour les élèves‐ingénieurs avec un accès rapide aux résultats de recherche. Cellulose Valley favorisera aussi les échanges et réflexions sur la cellulose et son utilisation entre les entreprises partenaires, les élèves‐ingénieurs, les doctorants et les étudiants de Masters de Grenoble INP. 

Son programme vise à développer des actions autour de la valorisation de la cellulose, et notamment dans le domaine de l’emballage et de toute sa chaîne de valeur. La Fondation Grenoble INP dispose déjà de 11 chaires d’excellence industrielle, de recherche et d’enseignement.


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.