Comarme dit tout de la différence entre des machines à rubans semi-automatiques et automatiques

PUBLISHING DATE
CATEGORIES

Bien qu’il s’agisse pour beaucoup d’une notion absolument connue et consolidée, il n’est pas certain que tout le monde soit parfaitement conscient de ce qui distingue les rubaneuses semi-automatiques des machines automatiques. Explication avec l’Italien Comarme.

Ces deux types de machines, pour lesquelles Comarme dispose de nombreux modèles qui s’adaptent à tous les besoins et à toutes les demandes, supposent et véhiculent en réalité des processus de production très différents.

L’ancêtre commun et très ancien de cette catégorie d’équipements est évidemment la rubaneuse, un outil qui, à l’aide d’une poignée, d’un rouleau, de surfaces métalliques et, bien sûr, du ruban lui-même, rend simple et immédiate la fermeture de boîtes de toute forme et de toute taille. La facilité d’utilisation et le faible coût de tout spécimen représentent les avantages indiscutables d’un objet tout simplement indispensable aussi bien pour le revendeur individuel que pour la grande industrie avec sa production en série.

En termes de simple efficacité, cependant, il est indéniable que, surtout lorsque les paquets à sceller deviennent nombreux, la machine à scotcher commune montre son plus grand défaut, à savoir le temps qu’il faut pour fermer une seule boîte. Et c’est là qu’interviennent inévitablement les rubans semi-automatiques et automatiques, capables de rendre le processus économique à plus d’un titre.

Quelle différence entre les deux types de machines ?

En fait, la discrimination est assez facile à comprendre et à identifier et tourne autour de la possibilité, ou non, de réaliser l’ensemble du processus de fermeture de l’emballage en totale autonomie ou par le biais de la présence d’un opérateur chargé de la tâche. Les scelleuses semi-automatiques et automatiques de Comarme disposent toutes deux de quelques commandes intuitives, afin de garantir l’activation et la désactivation du processus de production à tout moment, une caractéristique qui accorde les deux types de machines autour du concept de facilité d’utilisation et d’efficacité maximale.

Notre GEM 520, qui scelle, à l’aide d’un ruban adhésif, le haut et le bas des boîtes de format fixe, illustre et incarne parfaitement le concept de machine à ruban semi-automatique. Dans ce cas, l’opérateur doit insérer et retirer manuellement la boîte de la machine et adapter personnellement les parties mobiles de celle-ci, en fonction de la taille de l’objet à emballer. Grâce à sa facilité d’utilisation, la GEM 520 est capable de traiter environ mille boîtes par heure.

La GEM F470, quant à elle, est une machine automatique de mise sous bande à dimensionnement manuel avec fermeture des rabats qui, par conséquent, ferme automatiquement les quatre rabats supérieurs et scelle le haut et le bas des boîtes à format fixe de type américain avec du ruban adhésif. Dans ce cas, le processus est absolument autonome avec une production beaucoup plus élevée, par rapport à une machine à rubans semi-automatique, qui est d’environ 1200 boîtes scellées par heure.

La GEM X520, dans ce sens, est également un excellent exemple. Comme ses sœurs, la GEM X670 et la GEM X820, il s’agit d’une machine automatique de mise sous bande, capable de fermer des boîtes de taille variable sans l’intervention d’un opérateur.

En somme, ce qui distingue une banderoleuse semi-automatique d’une machine automatique, c’est l’intervention directe d’un responsable pendant le processus de production. Pour ces deux types de machines, Comarme dispose toujours d’une grande variété de modèles afin de répondre à tous les besoins et exigences des clients.


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *