E3 Cortex, des conditionnements à toute épreuve

PUBLISHING DATE
READ THIS ARTICLE

Créé en 1983 par Christian Pascal, E3 Cortex s’est spécialisé dans le conditionnement de matières dangereuses, obtenant rapidement une première certification dans ce domaine. L’entreprise familiale n’a cessé de se développer depuis, et les fils du fondateur, Clément et Ambroise, ont pris la suite pour continuer à fabriquer des emballages sur-mesure pour le transport de ces marchandises si particulières, qu’elles soient dangereuses, biologiques, thermosensibles ou fragiles. Plusieurs entreprises accordent leur confiance à E3 Cortex, à l’image de Safran, de certains transitaires, des constructeurs automobiles comme les groupes PSA et Renault, des constructeurs aéronautiques et quantité de fabricants de produits chimiques.
“Nous conditionnons les produits que nous confient nos clients, notamment pour la mise en conformité pour les expéditions aériennes, maritimes ou terrestres, déroule Ambroise Pascal, DG de la société basée dans l’Oise. On reçoit les produits et on les met en conformité, que ce soit au niveau documentaire ou de l’étiquetage réglementaire par rapport aux réglementations en vigueur. Le client nous explique les produits à expédier, on les reçoit sous un certain conditionnement, pas forcément compatible avec les réglementations en vigueur, notamment sur le mode aérien. Nous les reconditionnons de façon à les mettre dans des quantités acceptables pour le transport aérien. Ensuite, nous étiquetons les colis, établissons les documents d’expédition afin qu’ils soient acceptés par les compagnies aériennes de marchandises dangereuses.”
Contexte sanitaire oblige, E3 Cortex fait transiter beaucoup de gel hydroalcoolique. Mais pas que. Il y a aussi des produits corrosifs, des batteries au lithium ou encore des produits inflammables comme des peintures que ses clients ont besoin de voir acheminés sur des chantiers à l’étranger. Depuis de nombreuses années, l’entreprise favorise ses approvisionnements en France.
“La plupart des produits que l’on propose à la vente sont recyclables, insiste Ambroise Pascal. Pour nos produits isothermes, on travaille sur des barrières isothermes écologiques, on évite le polystyrène et le polyuréthane, habituellement utilisés. On travaille notamment sur de la fibre de bois ou de la fibre de chanvre pour obtenir des produits écologiquement plus intéressants. On s’aperçoit qu’ils ont des propriétés isothermes plutôt bonnes. On est satisfait de l’évolution de nos produits. Nous avons encore un peu d’étude à faire, mais ils sortiront en fin d’année. C’est un point important.”
Outre ce volet innovation, E3 Cortex cherche à être davantage présent sur le marché européen des emballages de matières infectieuses. «La crise sanitaire nous a permis de nous rendre compte que l’on était beaucoup plus réactif que nos concurrents grâce à nos fabrications en France. Cette proximité avec nos fournisseurs de matière première doit nous permettre de nous imposer un peu plus sur le sol européen. Et peut-être un peu loin si on en a la possibilité », imagine Ambroise Pascal.


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *