Le secteur de la plasturgie face au conflit russo-ukrainien

PUBLISHING DATE
CATEGORIES
READ THIS ARTICLE

Face au conflit russo-ukrainien et l’augmentation drastique du coût des matières premières, Hubert Quincelet nous livre son analyse quant à la nécessité d’adaptation à laquelle fait face le secteur de la plasturgie ainsi que sur ses perspectives d’avenir au vu du contexte actuel.

Invité à s’exprimer sur RCF, le président fondateur d’AEP, groupe qui réalise à lui seul plus de la moitié de l’emballage souple français, s’est exprimé sur les différents défis que représente l’actuel conflit en Europe de l’Est pour le secteur de la plasturgie sous toutes ses formes.
Selon lui, les évènements actuels n’ont fait qu’accentuer une volatilité sur les marchés afférant à la plasturgie qui était en place depuis des années déjà, bien avant la crise du pétrole russe.

Une nécessité omniprésente de s’adapter

Spécialisé dans la fabrication de films polyéthylène destinés à l’emballage alimentaire et de produits de consommation divers, pour laquelle le pétrole reste la matière première principale, le groupe se trouve actuellement dans une situation changeante, avec un contexte de forte augmentation des prix dû à la guerre. Hubert Quincelet s’inquiète des prochains mois d’Avril, Mai et Juin qui s’annoncent difficiles du fait de la multiplication par deux des coûts d’acquisition de ces matières, ainsi que de conditions d’approvisionnement tendues, mais qui, d’après son analyse, ne devraient pas empirer dans les prochains mois.


Une inquiétude qui se situe ainsi plutôt sur le long terme, du fait de la mise à mal des trésoreries d’entreprise que risque de générer ce surcoût d’acquisition et d’exploitation substantiel ; un coût que les différents acteurs du secteur doivent déjà répercuter sur leur prix de vente, au risque de voir leurs clients se tourner potentiellement vers de nouvelles solutions d’emballage, plus avantageuses du point de vue économique.
Face aux contraintes, l’enjeu pour AEP est de s’adapter aux réalités du marché en maintenant une production qu’il n’est pas question de réduire : déjà par la mise en place de solutions alternatives pour l’approvisionnement en matières premières en recourant à d’autres fournisseurs, notamment aux États- Unis. Ensuite par une augmentation des prix de vente répercutée directement sur les acheteurs afin de préserver la rentabilité de l’activité et pour laquelle il évoque une absence pure et simple de choix, tant
pour lui que pour ses clients. Et enfin, par la nécessaire rationalisation de la dépense énergétique en gaz et en électricité pour les usines de production. En effet, bien que cet effort pour réduire les factures n’ait pas attendu le début de la guerre russo-ukrainienne pour s’amorcer, il apparaît aujourd’hui vital de le pousser à son maximum et ainsi rester vertueux en limitant l’aspect énergivore de l’activité.

Les perspectives d’avenir en plasturgie

La position dominante d’AEP sur le marché français fait que ce dernier doit montrer l’exemple sur la voie d’une économie circulaire en s’adaptant continuellement, par exemple au travers de l’utilisation de matériaux, en tenant compte de leur recyclabilité ou encore de l’incorporation de matières recyclées dans les processus de production afin de réduire les besoins en matières fossiles et dans le même temps, limiter l’impact de l’industrie plasturgique sur l’environnement. Ce secteur reste d’une importance capitale dans l’économie actuelle selon Hubert Quincelet, du fait notamment de la diversité des champs d’applications que permet le plastique, mais également par les avantages indéniables qu’il présente par rapport à d’autres matériaux concurrents comme le verre ou le métal. Malgré les problèmes de pollution soulevés par son utilisation massive, il est catégorique : le plastique reste une ressource vertueuse, et fera partie de nos modes de vie pendant encore longtemps, d’où la nécessité pour la profession de se rassembler pour se réinventer et innover, afin de rendre son attractivité à la plasturgie.


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *